Jacques Villette: Pour la réhabilitation de Maurice Papon
Accueil  L'affaire   Qui est-il  Le Jury d'honneur Les raisons  Bordeaux   Le procès  Documents  Bibliographie  


Statistiques sur les victimes de la lutte FLN-MNA

Benjamin Stora, dans son livre Ils venaient d'Algérie, décrit bien l'histoire de cette lutte sans merci. Il commence par expliquer comment le nationalisme algérien est né en France, et comment le FLN fut le fruit de la séparation des éléments extrémistes du MTLD de Messali Hadj, qui gagnèrent une légitimité aux yeux des algériens en créant des maquis en Algérie. Le FLN se renforça d'abord en Algérie avant d'attaquer en France le MNA, nouveau parti de Messali Hadj.

Voici les statistiques annuelles des victimes de cette lutte fratricide, pour  la France, de janvier 1956 à décembre 1961, communiquées par Louis Joxe, ministre d'Etat chargé des affaires algériennes. Nous l'avons complété le tableau par le nombre de policiers parisiens tués, relevé sur le monument aux victimes du devoir de la Préfecture de police de Paris.

Années Tués Blessés (1) Total Victimes du devoir
1956 76 510 586 1
1957 817 3088 3905 0
1958 902 1641 2543 9 (2)
1959 687 815 1502 4
1960 529 642 1171 10
1961 (3) 878 982 1860 20 (4)
Total 3889 7678 11567  

Notes :
    1 - Le nombre de blessés Algériens, comparé au nombre de morts, diminue régulièrement parce que les combattants sont passés du mitraillage aveugle de cafés aux exécutions ciblées sur renseignements. 
    2Après la bataille d'Alger, le FLN a voulu démonter sa force et a attaqué la police parisienne en mitraillant les postes de police en août 1958. Ces mitraillages cessèrent dès que les postes de police furent équipés de parapets blindés. 
    3 - L'augmentation du nombre d'attentats en 1961 fut générale sur toute la France, et pas seulement sur la région parisienne comme beaucoup d'auteurs l'affirment.
    4 - L'augmentation très forte de policiers tués en 1961, dans le département de la Seine, fut due au fait que les policiers reçurent l'ordre de protéger les Algériens des actions du FLN. Ils furent renforcés par des Forces de Police auxiliaires  (FPA, des harkis), ce qui durcit le combat. Le FLN envoyait au combat des jeunes gens sans aucun entraînement contre les postes tenus par les FPA qui étaient très entraînés. A cette époque, les policiers de la Seine furent souvent l'objet de menaces sur leur famille à leur domicile. 

Bilan des attentats en France du 1 janvier 1956 au 23 janvier 1962, communiqué par le ministère de l'Intérieur, et repris par Benjamin Stora

Algérien tués         
  
     blessés          

3957
7745
Métropolitains tués 
            blessés 
150
649
Militaires tués     : 
        blessés
16
140
Policiers tués (1)
       blessés 
53
279

Il y a eu très peu d'attaques contre les militaires en France, et aucune contre les civils qui ne furent atteints que par "bavures".

Les FPA, qui étaient des militaires, eurent de nombreuses pertes (24 tués et 67 blessés sur 350 membres) dans de véritables batailles rangées dont les victimes des deux camps ne sont pas comptés dans ces statistiques. Ces batailles se sont tenues dans les quartiers de la Goutte-d'Or et du 13ième, qui étaient mixtes, peuplés par le FLN et le MNA.

Notes 1 : Dont 21 en 1961.