Jacques Villette :

Pour la réhabilitation de Maurice Papon

Lettre Pastorale de M. Le Grand Rabbin de France

ISAÏ SCHWARTZ

(extrait)

Vichy, le 3 juillet 1941

   "L'honneur du Judaïsme commande de nous conformer aux dispositions de la loi sur le recensement des juifs. Ne pas se déclarer comme Juif dans les circonstances présentes est à considérer comme une tentative de dissimuler sa religion et son origine, de désavouer tacitement ses ancêtres et ses frères. Plus que jamais, nous avons à nous réclamer du nom d'Israël. Parce que le judaïsme est dans l'épreuve, le devoir de chacun de ses enfants est de se serrer plus étroitement autour de lui et de supporter en commun la souffrance commune."

   Remarques : Cet extrait est repris du livre de Michel Cohen, fils de Joseph Cohen qui était Grand Rabbin de Bordeaux pendant la guerre. Il a écrit ce livre après le procès de Maurice Papon pour expliquer que l'évêché de Bordeaux n'avait pas aidé son père dans sa fuite lors de la tentative d'arrestation par la Gestapo, comme Henri Terrisse le prétend dans son livre sur Bordeaux pendant la guerre. Il donne un extrait plus long de la lettre pastorale, pour justifier l'attitude de son père qui, en 1941, a incité ses coreligionnaires à aller s'inscrire sur la liste des juifs.
    Il reproduit, à la virgule près, le texte que son père avait présenté dans son "Journal d'un Rabbin, Extraits" sur la période de l'occupation.

   Curieusement, il explique qu'il doit à sa sœur Sarah d'avoir pu retrouver une grande partie de sa mémoire. Il n'était pas à Bordeaux pendant une partie de la guerre mais dans un maquis, en particulier au moment de la tentative d'arrestation de son père. Il a donc témoigné  au procès de Bordeaux, sous serment, des souvenirs de sa sœur.