Jacques Villette: Pour la réhabilitation de Maurice Papon
Accueil  L'affaire   Qui est-il  Le Jury d'honneur Les raisons  Bordeaux   Le procès  Documents  Bibliographie  

 

La guerre d'Algérie

    Il serait trop complexe d'exposer ce que fut la Guerre d'Algérie. Cette chronologie présente des repères permettant de bien comprendre le contexte des évènements dramatiques d'octobre 1961 à Paris, quand Maurice Papon était Préfet de police. L’année 1961 avait commencé par le référendum qui accordait l’autodétermination à l’Algérie. Le FLN entreprit alors d’éliminer physiquement tous ses concurrents algériens. Le général De Gaulle donna alors l’ordre de combattre le FLN à Paris. Les évènements d’octobre ont marqué le paroxysme du combat de la police contre le FLN.

    Le commencement de la Guerre d'Algérie est généralement fixé aux attentats en Algérie du premier novembre 1954. Auparavant, de nombreuses révoltes et répressions avaient ensanglanté l'Algérie qui était pauvre et sous administrée. Des partis revendiquaient l'indépendance, une autonomie pour l'Algérie ou une amélioration du statut des "Français musulmans". La France refusait la nationalité française aux Algériens musulmans, alors qu'elle l'avait accordée aux Algériens israélites (Décret Isaac Crémieux du 24 octobre 1870).

    Si vous êtes pressé allez directement à la fin ou année par année :

        1954     1955    1956     1957    1958     1960    1961     1962

1954

    Cette année est celle de la fin de la guerre d’Indochine et du début de celle d’Algérie.

    Janvier : Création du CRUA (Comité révolutionnaire d'unité et d'action) par des jeunes révolutionnaires dont certains sont d'anciens militaires. Ils sont rapidement rejoints par des anciens de l'O.S., organisation spéciale, qui était la branche armée dissoute du MTLD (Mouvement pour le triomphe des libertés démocratiques). Le CRUA est une faction extrémiste du MTLD dont le chef, Messali Hadj, est un ancien syndicaliste et chef politique très suivi en Algérie et par les travailleurs algériens en France, qui a lancé l'idée de l'indépendance de l'Algérie dès 1936. Le CRUA concurrence également l'UDMA (Union démocratique du manifeste algérien), parti plus légaliste de Ferhat Abbas.

7 mai : Chute de Dien Bien Phû au Laos. Cette défaite provoque la fin de la guerre d’Indochine.

1er juin : Réunion des " 22 " au Clos-Salembier, à Alger. Ces 22 membres du CRUA déclarent la guerre au colonialisme, à l'exemple de la guerre d'Indochine.

18 juin : Gouvernement Pierre Mendés France (PMF) ; François Mitterrand (F.M.) est ministre de l'Intérieur.

1er août : L’autonomie interne de la Tunisie est proclamée à Carthage.

Août : Le MTLD éclate par sécession des membres du CRUA, lors de son congrès à Hornu, en Belgique.

Octobre : Le CRUA crée une organisation politique, le FLN (Front de libération nationale) et une organisation militaire, l'ALN (Armée de libération nationale).

1er novembre : Déclenchement de la guerre d'Algérie par des attentats FLN en Algérie.

novembre : Déclenchement de la guerre d'Algérie par des attentats FLN en Algérie.

Novembre : P.M.F. et son ministre F.M. tiennent à la chambre des députés des propos quasi "Algérie française" ; Intervention de la 25e D.I.A.P. dans les Aurès.

Décembre : Arrestation des membres du MTLD en Algérie. Messali Hadj crée le MNA, Mouvement Nationaliste Algérien, avec ses fidèles.

1955

    Cette année 1955 est celle de l'action de petites unités FLN, et la montée des attentats, particulièrement dans Alger. La lutte FLN - MNA commence à mi-année.

    De véritables massacres sont perpétrés par le FLN notamment celui de Sakamody par Ali Kodja, et dans la vallée de la Soummam (1100 tués) par Amirouche.

25 janvier : Jacques Soustelle est nommé gouverneur général de l’Algérie. Ancien résistant, il a commandé les forces françaises de l’intérieur (FFI) de l’ancienne zone non occupée. A la libération, il a été Commissaire de la République à Bordeaux où il a fait la connaissance de Maurice Papon.

6 février : Chute du gouvernement P.M.F.. Il est remplacé, le 23, par un gouvernement Edgar Faure.

31 mars : Vote de la loi sur l’état d’urgence (Aurès-Kabylie).

Avril : Conférence de Bandoeng, le FLN se fait connaître des pays non alignés.

26 avril : Arrivée du général Parlange dans le Constantinois, qui entreprend de renouer le contact avec les populations algériennes.

20 août : Massacres d'européens dans le Philippevillois, et répression particulièrement sanglante.

22 août : Edgar Faure rappelle des réservistes. 

30 août : Extension de l’état d’urgence à l’ensemble de l’Algérie.

12 septembre : Dissolution du parti communiste algérien (PCA).

26 septembre : Motion des " 61 " élus algériens qui demandent une politique prenant en compte les aspirations des Algériens.

Automne : Renforts militaires en Algérie. Les effectifs atteindront 200 000 hommes.

Novembre : Création des SAS (Sections administratives spéciales) pour pallier la sous administration de l'Algérie.

Décembre : Dissolution de la chambre des députés.

1956

    Cette année 1956 voit la montée en puissance du FLN et de l'armée française, la généralisation des attentats et l'apparition d'un contre terrorisme pied noir. La torture commence à être largement utilisée.

30 janvier : Investiture du gouvernement Guy Mollet ; François Mitterrand est ministre d'Etat et ministre de la Justice ; Maurice Bourgès Maunory est ministre de la Défense nationale.

2 février : Départ d’Alger de Jacques Soustelle : il est acclamé par les pieds noirs.

6 février : Guy Mollet va à Alger pour introniser le général Catroux qui est partisan de l'autonomie de l'Algérie. C'est la journée dite des tomates, qui provoque le changement radical de politique avec la nomination de Robert Lacoste comme ministre résident en Algérie.

Mars : Maurice Papon est nommé conseiller technique pour les affaires algériennes au cabinet du secrétaire d’Etat à l’Intérieur.

7 mars : Indépendance du Maroc, préparée par le gouvernement précédent.

12 mars : Le parlement vote par 455 voix contre 76, des pouvoirs spéciaux au gouvernement.

20 mars : Indépendance de la Tunisie.

11 avril : Décret de rappel de disponibles du contingent. Ce décret et la venue de renforts d'Indochine et d'Allemagne portent les effectifs en Algérie de 200.000 à 400.000 hommes.

Mai : Maurice Papon est nommé préfet IGAME, inspecteur général de l’administration en mission extraordinaire, pour la région de l’Est algérien, à Constantine.

23 mai : Démission de Pierre Mendès France du gouvernement Guy Mollet.

Août : Congrès de la Soummam et création du Conseil national de la résistance algérienne (CNRA), avec intégration de Ferhat Abbas qui dissout l'UDMA.

30 Septembre : Attentats du " MiIk Bar " et de la " Cafeteria " à Alger.

16 octobre : Arraisonnement de l’Athos, bateau qui transporte 100 tonnes d'armes égyptiennes.

22 octobre : Interception du DC-3 de Royal Air Maroc, et capture de Ben Bella. Alain Savary démissionne le 25.

5 novembre : Opération de Suez, en Egypte, suite à la confiscation du canal par Nasser.

1er décembre : Raoul Salan, nouveau commandant en chef en Algérie.

27 décembre : Assassinat d’Amédée Froger, président de l’association des maires d’Algérie, ce qui provoque des ratonnades à Alger.

1957

    L'année 1957 est celle de l'extension de l'utilisation de la torture par l'armée, et la responsabilité de Guy Mollet et de son ministre d’Etat François Mitterrand est écrasante. La lutte FLN - MNA est à son apogée.

6 janvier : La 10e D.P., commandée par le Général Massu, est chargée du maintien de l’ordre à Alger, avec tous les pouvoirs de police et d'instruction. Cette décision est prise autant contre le FLN que pour éviter le contre terrorisme pied noir.

16 janvier : Attentat dit " du bazooka " contre le général Salan.

26 janvier : Attentats à " l’Otomatic " et au " Coq hardi " à Alger.

1O février : Attentats aux stades d’El-Biar et du Ruisseau.

Printemps : Bataille d’Alger et début de l’implantation des barrages frontaliers.

21 mai : Démission du gouvernement Guy Mollet (16 mois, le plus long de la IV ième république) .

28 mai : Massacre de la population civile du douar de Mélouza, fief du MNA, par le FLN (311 morts).

11 juin : Arrestation de Maurice Audin professeur de faculté communiste, par les parachutistes.

12 juin : Maurice Bougès-Maunoury est président du conseil.

23 septembre : Les parachutiste arrêtent Yacef Saadi, chef du FLN à Alger.

8 octobre : Mort d’Ali-la-Pointe, chef des commandos des tueurs du FLN à Alger,

6 novembre : Félix Gaillard est président du conseil ; Maurice Bourgès Monoury est ministre de l'Intérieur.

Décembre : Violents combats dans l’Est-Constantinois

1958

    Cette année est marquée par le retour au pouvoir du général de Gaulle.

Janvier / mai : Bataille du barrage dans l’Est-Constantinois.

7 février : Bombardement de Sakiet-Sidi-youssef, village en Tunisie prés de la frontière, ce qui soulève une protestation internationale.

8 février : Premières expéditions de pétrole saharien de Philippeville.

13 mars : A Paris, manifestation importante de policiers qui reprochent au gouvernement de ne pas prendre les mesures nécessaires pour les protéger des attentats FLN. Ils menacent la chambre des députés, ce qui provoque la panique du gouvernement. Maurice Papon est nommé préfet de police de la Seine par Maurice Bourgès-Monoury. Ce dernier, ancien résistant avait succédé à Jacques Soustelle à Bordeaux où il avait connu Maurice Papon.

avril : La démission du gouvernement Félix Gaillard provoque une crise ministérielle en France.

29/30 avril 1er mai : Bataille de Souk-Ahras.

13 mai : Prise du gouvernement général par les Européens à Alger.

15 mai : Salan lance " Vive de Gaulle " à Alger.

21 mai : Investiture du gouvernement Pfimlin, Jules Moch est ministre de l'intérieur.

1er juin : de Gaulle est chef du gouvernement français.

4 juin : de Gaulle déclare à Alger : "Je vous ai compris". Les Pieds noirs en déduisent qu'il est partisan de l'Algérie française.

17 juillet : Mort de Bellounis, chef du dernier maquis MNA, c’est la fin MNA en ALgérie.

19 septembre : Création du gouvernement provisoire de la république algérienne (G.P.R.A), dont Ferhat Abbas est le premier président.

28 septembre : Adoption par référendum la constitution de la Cinquième République.

3 octobre : Annonce du plan de Constantine, qui a pour objet de moderniser l’Algérie.

19 décembre : Départ d’Alger du général Salan ; Paul Delouvrier, nouveau délégué général.

 1959

    Cette année est celle de l’écrasement par l’armée française des bandes armées FLN en Algérie.

6 février : Début du plan Challe en Oranie. Ce plan a pour objet de l’éliminer le FLN, région par région.

28 mars : Mort d’Amirouche (wilaya III, Alger) et de Si Haouès (wilaya VI ).

Avril : Attentats FLN en métropole.

5/12 juillet : Opérations " Etincelles " dans le Hodna.

Fin juillet : Début des opérations "Jumelles " en Grande-Kabylie.

Début septembre : Début des opérations " Pierres-Précieuses " en Petite Kabylie.

16 septembre : Discours de de Gaulle sur l’autodétermination.

10 novembre : Appel de de Gaulle au cessez-le-feu.

28 novembre : Ben Bella et ses compagnons de captivité sont désignés comme négociateurs par le F.L.N.

1960

Le Général de Gaulle montre qu’il tient le cap vers l’autodétermination de l’Algérie

24 janvier : Début de la semaine des barricades.

13 février : Explosion de la première bombe atomique française au Sahara.

3/5 mars : Tournée dite "des popotes" de de Gaulle en Algérie.

24 avril : Départ du général Challe.

9 juin : de Gaulle rencontre Si Salah à l’Elysée, dans le cadre de la " paix des braves ". 

25/29 juin : Entretiens de Melun avec les émissaires du G.P.R.A.

5 septembre : Discours de de Gaulle " L’Algérie algérienne est en route ".

6 septembre: Manifeste des " 121 ". Des intellectuels revendiquent le droit à la désobéissance militaire

9/12 décembre : Dernier voyage de de Gaulle en Algérie. Emeutes algériennes à Alger.

1961

    Cette année est celle de la fin de la guerre d’Algérie. Le référendum  qui reconnaît aux Algériens le droit à l'autodétermination donne le signal du développement de deux guerres civiles, l’une, Algérienne, est due au FLN qui extermine ses concurrents, l’autre, Française, est due à l’OAS qui refuse l’indépendance de l’Algérie.
    En Algérie, à la veille du référendum, l'Armée française est totalement maîtresse du terrain, et les barrages électrifiés dressés sur les frontières sont totalement étanches même s'il y a de nombreuses attaques. Après ce référendum, il n'y eut pratiquement aucune opération militaire du fait de l'armée française, mais de nombreuses actions FLN pour récupérer son influence mise à mal par le référendum.
     En France, 90% des Algériens tués jusqu'à la fin de la guerre sont tués par des Algériens, et  90% des Français tués le sont par des Français.

6-8 janvier : Référendum sur l’autodétermination. En France, 75% des Français votants votent pour l'autodétermination, avec une très faible abstention. En Algérie, 40% d'abstentions du fait que le FLN a ordonné de s'abstenir, 40% pour l'indépendance et 20% veulent rester français.

Février : Création officielle de I’ Organisation armée secrète (OAS) en Espagne par J.-J. Susini.

20 février : Georges Pompidou, négociateur secret, rencontre le F.L.N. en Suisse.

22-25 avril : Putsch du quarteron de généraux en Algérie.

20 mai-13 juin : Premiers entretiens d’Evian.

20 juillet : Nouveaux entretiens France - F.L.N. au château de Lugrin.

5 août : Première émission pirate de l’O.A.S. à Alger.

Août : Réunion du C.N.R.A. à Tripoli ; Ben Khedda, nouveau président du G.P.R.A.

Automne : Nombreux attentats O.A.S. en Algérie, de nombreux officiers sont assassinés par les commandos "delta" ; intervention des " barbouzes ".

8 septembre : Attentat à la vie du Général de Gaulle à Pont sur Seine

17-19 octobre : Manifestations FLN à Paris durement réprimées par la Police. Maurice Papon est accusé d’avoir excité les policiers. La presse de gauche lui fait porter la responsabilité d’un nombre de morts qui dépasse largement la réalité.

1962     

Janvier - mars : Nombreux attentats O.A.S. à Paris.

8 février : Manifestation à Paris contre l'O.A.S. Un mouvement de foule provoqué par une charge de police entraîne la mort de 8 manifestants dans une bouche de Métro à la station Charonne.

16 mars : Signature des accords d’Evian.

19 mars : Annonce officielle du cessez-le-feu.

23 mars : Insurrection et siège de Bab-el-Oued.

25 mars : Arrestation du général Jouhaud à Oran.

26 mars : Fusillade de la rue d’Isly, à Alger.

29 mars : Echec du maquis O.A.S. de I’Ouarsenis.

9 avril : Référendum en métropole pour l'approbation des accords d'Evian. Avec 90% de oui, il ratifie l’indépendance de l’Algérie. Arrestation à Alger du lieutenant Degueldre, chef de commandos O.A.S., dits delta, responsables de nombreuses exécutions de Français.

20 avril : Arrestation du général Salan à Alger.

25 mai : Réunion du C.N.R.A. à Tripoli.

26juin : Eclatement du GPRA, le pouvoir sera exclusivement aux mains du FLN.

1er juillet : Les Algériens approuvent par référendum, à une très grande majorité, l’indépendance de l’Algérie.

5 juillet : Massacres d’Européens à Alger.

6 juillet : Le lieutenant Degueldre, symbole de la férocité de l'O.A.S, est exécuté au fort d’Ivry.

22 août : Attentat à la vie du Général de Gaulle au Petit Clamart.

Remarques :

    Cette présentation chronologique ne montre pas la dureté de cette guerre, la torture en Algérie et la misère des populations algériennes entassées dans des camps de regroupement pour créer des zones interdites. Elle s’est terminée par une immense épuration ethnique qui a dépassé tout ce que l’on a connu depuis : près 800.000 personnes expulsées d'Algérie dont 250.000 juifs. L'Algérie sera ensuite menée à la misère par le FLN et sa politique totalitaire.

    Il est attristant de constater que tous ces hommes politiques socialistes ou radicaux de la défunte République étaient pleins de bonnes intentions, et qu'ils ne réussirent qu'à entraîner la France dans une guerre vraiment déshonorante. A lire leurs mémoires ou leurs hagiographies, on en viendrait presque à penser que les guerres d'Indochine et d'Algérie ne furent que de mauvais rêves tant ils en parlent peu.

    Dans l'immense gâchis de cette décolonisation manquée, Maurice Papon fut certainement un des plus lucides, et nous proposons une page qui présente quelle était sa pensée  :
    Préfet en Afrique du Nord, ou Maurice Papon par ses textes. 
Cette page appelle d'autres documents dont les principaux sont :
   Une note sur le problème tunisien ;
   Une note sur le problème algérien ;
   Une directive politique de l'IGAME
   Yves Courrière  raconte comment Maurice Papon fit nommer un Algérien sous-préfet ;
   Michel Aurillac témoigne dans un colloque comment Maurice Papon cherchait une solution politique au problème de l'Algérie et fit un projet de loi-cadre qui supprimait le double collège.

            1954    1955    1956    1957    1958    1960    1961    1962

             Accueil            Idées reçue       Lutte FLN-MNA        Bibliographie