Jacques Villette: Pour la réhabilitation de Maurice Papon
Accueil    L'affaire   Qui est-il  Le Jury d'honneur Les raisons  Bordeaux   Le procès  Documents  Bibliographie  


Le pourvoi en cassation de Maurice Papon est rejeté.

    Vendredi 11 juin 2004, la cour de Cassation, après avoir entendu les requêtes des avocats de Monsieur Papon, s'est donné trois jours de réflexion. Le soir même, on a appris que la décision du rejet du pourvoi était prise, ce qui montre bien que la cour avait dû obtempérer aux ordres du gouvernement. Rappelons qu'il s'agissait d'un deuxième jugement, le premier ayant entraîné le condamnation de la France par la Cour Européenne des Droits de l'Homme. 

    Serge Klarsfeld a noté avec satisfaction que, contrairement à ce qui était admis après la guerre, il est maintenant établi que au moins un fonctionnaire a été condamné pour avoir participé au génocide. Ce qui est faux : à Bordeaux, Lucien Dehan, antisémite notoire a été condamné à mort après la guerre. Il admet donc que Maurice Papon est surtout à ses yeux un bouc émissaire, concept d'origine juive qui n'a pas était repris dans le droit français.

    Michel Slitinsky a également a fait part à la télévision de sa satisfaction de savoir Monsieur Papon définitivement condamné, comme il avait protesté que Monsieur Papon ne doive pas mourir en prison. Rappelons que le procès de Bordeaux a parfaitement établi que l'effet du zèle de Monsieur Papon avait été d'épargner la déportation à sa soeur Alice Slitinsky.

    Cette décision, qui ne tient pas compte de toutes les irrégularités de l'instruction et de celles du procès, ni de la décision contradictoire du Conseil d'Etat, marque la fin de la première phase judiciaire de l'affaire Papon, comme la parution du livre Justice tardive de Stuart Eizenstat marque cette fin sur le plan du contexte politique.

    Les soixante ans de protection des nombreuses archives de l'Etat sont écoulées et cela va ouvrir une deuxième phase qui va être marquée par l'entrée en scène des historiens. Moins sujet aux pressions du gouvernement, ils démontreront rapidement l'indigence de l'instruction qui a conduit à la condamnation de Maurice Papon et sauront ouvrir une ouverture vers un recours en révision de ce procès indigne de la France.